Меню сайта
Рубрики
АРМЕНИЯ [28]
- Республика Армения [598]
- Западная Армения [357]
- - Правовой пакет [1]
Правовой пакет Западной армении
- - Паспорт гражданина [5]
- Арцах [217]
- Амшен [10]
Амшен
- Джавахк [36]
- Нахичевань [3]
Армянская Церковь [192]
Армянский язык [12]
ДИАСПОРА [23]
- Российская община [137]
- Московская община [36]
- Европейские общины [37]
- Ближневосточная община [50]
- Американская община [26]
Геноцид [203]
Армянский вопрос [73]
- Ай Дат и АСАЛА [52]
- Фидаи и «Немезис» [16]
- Международные договора [9]
--- Московский договор [10]
Аналитика [154]
Политика [295]
Официоз [18]
- Партии [25]
Великая Победа [18]
Знаменитые армяне [66]
СМИ [49]
Мир [36]
Россия [152]
Европа [93]
США [90]
Ближний Восток [208]
Турция [351]
Азербайджан [247]
Грузия [87]
СНГ [71]
Азия и Африка [0]
Религия [107]
Энциклопедия [10]
Юриспруденция [12]
История [248]
Культура [98]
Литература [31]
Наука & образование [29]
- ИСН [17]
Происшествия [54]
Досуг [5]
- Женский клуб [58]
- Мужской клуб [8]
- Молодёжный клуб [2]
- Детский клуб [0]
- Клуб знакомств [6]
- Здоровье & спорт [68]
- Туризм [9]
- Традиции [30]
- Кулинария [5]
- Увлечения [3]
- Юмор [1]
- Музыка [18]
- Кино [19]
- TV [2]
Экономика [10]
- Банки & бизнес [14]
- Бизнес клуб [3]
- Работа & заработок [0]
Технологии [7]
Авто [3]
Справка [1]
Неопознанное [13]
ВИДЕО [302]
Видео сайта
Архив записей
Статистика

Онлайн всего: 1
Гостей: 1
Пользователей: 0
Форма входа
Главная » 2016 » Октябрь » 16 » Arménag APRAHAMIAN: "LA FRANCE, LA CILICIE ET L’ENTENTE"
12:03
Arménag APRAHAMIAN: "LA FRANCE, LA CILICIE ET L’ENTENTE"

АРМИНФОЦЕНТР Арменак Абрамян: "Франция, Киликия и тайные соглашения"

A la veille de la Grande Guerre, un recensement a été effectué par le patriarcat sous l’égide de Monseigneur ORMANIAN, suite aux massacres de 1894 -1896, où on estime entre 25.000 et 30.000 victimes, les massacres qui ont eu lieu en 1909 dans la région d’Adana. 

Apres le massacre: Veuves et orphelins armeniens a Tarsus Archive de l'Association allemande d'assistance 
Tessa Hofmann & Gerayer Koutcharian, Armenian Review, Spring/Summer, 1992, Vol. 45, No. 1-2/177-178, p. 82, Fig. 18

En 1914, on pouvait encore compter prés de 300.000 Arméniens en Cilicie sur une population de 600.000 habitants.

Suite aux différents massacres et déportations, dés la fin de l’année 1919, il ne restait que 120.000 Arméniens en Cilicie d’après un recensement du Haut-commissariat repris par le colonel Brémond.

De 1919 à 1921, près de 150.000 Arméniens sont retournés vivre en Cilicie.

De 1921 à 1923, après le renoncement français, 175.000 Arméniens auraient émigré de Cilicie, des dizaines de milliers ont continué à subir les massacres.

France, Grande-Bretagne et Russie - Déclaration tendant à ne point faire de paix séparée, signée à Londres le 4 septembre 1914 :

Russie – Ultimatum de la Russie à la Turquie en date du 30 octobre 1914 :

France – Déclaration du gouvernement français constatant l’état de guerre entre la France et la Turquie, 5 novembre 1914 :

Grande-Bretagne – Notification de l’état de guerre avec la Turquie, 5 novembre 1914 :

France, Grande-Bretagne et Russie – Déclaration de la Triple-Entente tenant pour responsable le gouvernement turc des massacres commis par la Turquie en Arménie, en date du 24 mai 1915 :

Carte officielle des massacres commis par la Turquie en Arménie – Délégation Nationale Arménienne – 1919

LE MOUSSA DAGH (le 30 Juillet 1915)

Les Arméniens qui habitaient les villages de la région du Djebel Moussa, qui dominent le nord de la baie d'Antioche ont reçu l'ordre de quittés le pays, le 30 juillet dernier. Instruits par l'expérience de ce qui était arrivé à Zeytoun et à Diarbékir, ils ont préféré essayer de tenir tête aux turcs plutôt que de se faire massacrer.

Sauvetage de 4092 Arméniens par la Marine Nationale Française 5 au 14 septembre 1915

Plage du Ras el Mina au pied du Moussa Dagh

Carte de la Cilicie et ses environs - 1918

Ils ont réussi, au nombre d’un peu plus de 4.000, y compris les femmes, les enfants et les vieillards, à se maintenir dans le massif montagneux  du Djebel Moussa.

Les Turcs qui cernent les Arméniens, sont des troupes régulières, commandés même, par des officiers allemands. Ils étaient au début, 1.000 à 1.500, mais devant la forte résistance des Arméniens, leur nombre s'est considérablement accru.

Le 5 Septembre, le Guichen, croiseur français qui avait envoyé une embarcation à terre pour communiquer avec les Arméniens, a dû ouvrir le feu pour protéger l'embarcation des fusillades turques.

L'Amiral a vu personnellement, le 6, le chef des résistants Monsieur Pierre Dimlakian, qui lui a demandé d'aider à l'évacuation des femmes, enfants et vieillards ajoutant que  les hommes valident tiendraient très longtemps, si on pouvait leur donner 200 à 300 fusils,  des munitions et une centaine de sacs de farine.

L'Amiral s'est rendu à Famagouste, le 7, pour interroger le Haut commissaire (Sir John Clauson) de l'île de Chypre pour savoir s'il pouvait recevoir dans l'île ces réfugiés, la réponse fut négative.

Le 8, l'Amiral rencontra tous les chefs résistants arméniens.

Le 10, le Desaix, signalait à l'Amiral que les Turcs attaquaient et qu'il fallait bombarder le village de Kabousi occupés par les Turcs, les combattants arméniens n'ayant plus que deux jours de munitions.

Le 11, le commandant du Desaix télégraphiait que cette évacuation lui paraissait une nécessité absolue, et qu'il commencerait l'embarquement le 12 au matin. Cinq bâtiments français (la Foudre, le Suffolk, le D'Estrées, le Tunisien, l'Anne) sont sur les lieux. Les combattants arméniens durent s'embarquer aussi faute de munitions.

 

Du Moussa Dagh à Port Saïd en Egypte

Constitution de la Légion d’Orient

M. Boghos Nubar, président de la délégation arménienne, s’offre à recruter à partir des rescapés du Mussa Dagh une légion.

M. Georges Picot s’accorde avec lui, à l’ambassade de France à Londres, devant sir Mark-Sikes : la France s’engage à donner, après la victoire des alliés, l’autonomie à la Cilicie, qui est une marche de l’Arménie, et à la prendre sous sa protection.

Une mission française dirigée par le commandant Romieu arrive au Caire en novembre 1916 ; elle forme aussitôt la légion d’Orient.

Conditions d’engagement des volontaires arméniens de la Légion d’Orient

(Décembre 1916)

 A la suite de l’accord intervenu entre le ministère des Affaires Etrangères et le président de la Délégation arménienne, une mission française, sous la direction du commandant Romieu fut envoyée en Egypte. Elle arriva au Caire en novembre 1916 et se mit en rapport avec les chefs des diverses organisations arméniennes pour la constitution d’une Légion, forte de plusieurs bataillons, dénommé « Légion d’Orient ». Conformément à l’accord intervenu, il était convenu :

1° Que la constitution de la Légion d’Orient avait pour but de faire contribuer les Arméniens à la libération de la Cilicie et de leur créer ainsi de nouveaux titres de leurs aspirations nationales.

2° Que les légionnaires arméniens ne combattraient que contre les Turcs et seulement en Cilicie.

3° Que la Légion Arménienne formerait à l’avenir le noyau de l’armée nationale arménienne.

Trois bataillons sont immédiatement levés ; ils s’exercent dans l’île de Chypre puis prennent leur place parmi les libérateurs de la Palestine, ils sont vainqueurs à l’Arara.

Ainsi, le nombre de volontaires arméniens représentant l’équivalent de 6 bataillons (800 h. pour un bataillon) de tirailleurs (le 18 août 1917, avec une perspective d'en créer prochainement  six autres) soit près de 10.000 hommes s'engagèrent pour le droit et la justice et pour la libération du peuple arménien.

Après la bataille, le commandant, devenu lieutenant-colonel Romieu salue les morts : « Dormez dans votre gloire, leur dit-il, vous avez ouvert la route à la justice et au droit, chassés de ces régions depuis des siècles. Nous saurons être dignes de vous, pour que cette réparation soit complète et durable. J’en fais le serment sur votre tombe. »

Le 7 octobre 1918, les alliés sont à Beyrouth ; le 31, les hostilités sont terminées. Les accords de 1916, qui distribuaient les territoires du Levant entre les alliés, nous attribuaient la Cilicie et l’Arménie ; il restait à les occuper.

L’Armistice conclut avec la Turquie, le 30 octobre 1918, précisait dans son article 16 :

16. Reddition de toutes les garnisons du Hedjaz, Assir, Yemen, de la Syrie et de la Mésopotamie au Commandement allié le plus rapproché et retrait des troupes de Cilicie, exception faite pour celles qui sont nécessaires au maintien de l'ordre, ainsi que cela sera déterminé conformément à l'article 5.

5. Démobilisation immédiate de l'armée turque, excepté les troupes nécessaires pour la surveillance des frontières et le maintien de l’ordre à l'intérieur. (Les effectifs de ces troupes et leur utilisation seront déterminés ultérieurement par les Alliés après que le Gouvernement turc aura été consulté.

Pourtant, le 28 novembre 1918, les alliés atteignent Alexandrette tandis que les Turcs, que l’Armistice omet de désarmer, refluent sur Adana où ils vendent leurs armes, 25.0000 fusils, qui restent ainsi entre les mains des musulmans.

Le colonel Romieu entre à leur suite à Adana, puis, le 25 décembre, le colonel Brémond, ancien chef de la mission française au Hadjaz est nommé par la France ; administrateur en chef de l’Arménie et de la Cilicie.

En 1919, la Cilicie sous administration du colonel Brémond permet à 150.000 Arméniens de retourner dans leur patrie. Toutes les écoles furent reconstruites et ouvertes, les biens volés restitués aux Arméniens, les routes sont remises en état, la vie reprend en Cilicie. La légion d’Orient se divise en deux légions, une arménienne regroupant plus de 6.000 hommes et une syrienne.

Le 1er février 1919, la Légion d’Orient prit le nom de Légion Arménienne, sous le Commandement du Colonel Flye Ste-Marie, puis le 8 avril 1920 du Commandant Beaujard.

Pourtant, M. Georges Picot en réunion à Sivas le 5 et 6 novembre 1919, négocie avec Mustapha Kemal un projet d’entente ou la France donnerait la Cilicie aux Turcs.

Le 4 janvier 1920, les Kémalistes coupent la route Marach – Adana, et durant 18 jours, les terroristes kémalistes massacrent les populations civiles arméniennes. On dénombre plus de 5.000 Arméniens morts sous la neige, et 1.200 soldats ainsi que la destruction d’une partie importante de la ville.

La reconnaissance de facto de l’Arménie le 19 janvier 1920 par le Conseil suprême passe inaperçu, dans l’émotion.

Il s’en suivit une série de massacres, 10.000 Arméniens à Hadjin, 8.000 Arméniens à Sis, 20.000 Arméniens à Aïntab etc…

Malgré l’accord de Londres comme la paix de Sèvres, les massacres se perpétuèrent, et les français quittèrent la Cilicie en mai 1921.

PROCLAMATION DE L’ACTE D’INDEPENDANCE DE LA CILICIE

«  Nous soussignés, représentants autorisés de toutes les Communautés chrétiennes de Cilicie, déclarons par le présent acte ce qui suit :

«  Attendu que la Cilicie comme une suite de la Grande Guerre a été occupées par les troupes Alliées, et que l’occupation et l’Administration Française y ont été maintenues pendant toute la durée de l’Armistice ;

«  Attendu que pendant toute cette période, les Turcs n’ont cessé de troubler la paix et la tranquillité du pays, y semant la mort, la dévastation, la terreur, qu’ils ont ainsi ouvertement rompu leurs engagements et violé l’Armistice ;

«  Attendu que cet état de choses a couté la vie à des dizaines de milliers de nos coreligionnaires, et que le sang français a coulé à flots en même temps que le sang de nos martyrs ;

«  Attendu qu’à la veille même de la paix avec la Turquie, plusieurs de nos villes se trouvent encore menacées, assiégées ou bombardées par des « bandes sanguinaires » organisées avec la connivence des autorités turques, qui sont et seront toujours incapables par ailleurs de réprimer ces sortes de vandalisme et de rébellion, à supposer qu’elles voudraient le faire ;

«  Attendu qu’en pleine paix, nous continuerons de vivre encore pour longtemps dans un état de guerre, qui ne prendra fin que grâce à des opérations militaires en règle, entreprise par les vaillantes troupes Françaises, et qui seront toujours secondes par le concours sans réserves des populations chrétiennes, dont la valeureuse défense a contribué aux succès des Armes Françaises ;

«  Attendu qu’au moment même où nous rédigeons cette Proclamation, les balles des anciens maîtres de ce pays crépitent au-dessus de nos têtes, et que cette même situation sévit à l’heure actuelle à Tarsous et à Mersine ;

« Attendu qu’il est inconcevable qu’une paix signée en pays étranger ne fasse aucun cas de cette situation ;

« Attendu que les 275.000 Chrétiens de la Cilicie, étroitement solidaires dans leurs sentiments fraternels, dans leurs intérêts, dans l’exécration du Turc et leur attachement à la France, sans même avoir besoin d’évoquer les terrifiants souvenirs d’un passé maudit, tout pétri de massacres, de déportations, de rapines, de viols, de toutes sortes d’abominations, et d’ignominies, sont fiers de n’avoir rebuté devant aucun des sacrifices et des efforts qui constituent pour les peuples opprimés la rançon de leur indépendance, qu’au contraire, ils peuvent invoquer en leur faveur le fait d’avoir payé pendant la guerre, durant la longue et douloureuse période de l’Armistice, la plus chère, la plus terrible des rançons ;

« Attendu que les Communautés Chrétiennes de Cilicie, en toutes occasions, lors des deux enquêtes américaines, comme dans toutes leurs démarches auprès des Autorités Françaises, ont invariablement manifesté leur détermination inébranlable de ne plus admettre le retour de la domination turque ;

« Attendu notamment que, par leurs protections collectives des 31 mars et 15 mai derniers, adressées à toutes les Puissances de l’Entente, à la Conférence de la Paix, ainsi que par toutes leurs démarches ultérieures, elles ont fait explicitement entendre qu’ils ne se laisseraient leurrer par des demi-mesures, des combinaisons artificielles ou des solutions bâtardes, qu’elles ont surtout protesté avec la dernière énergie contre le projet du traité de Paix qui dispose la répartition artificielle de la Cilice. Historiquement, ethnographiquement, stratégiquement, économiquement une et indivisible, en deux secteurs dont l’un français annexé à la Syrie, et l’autre province turque ;

« Attendu que jusqu’au dernier moment elles n’ont reçu aucune assurance que leurs revendications seraient exaucées et que le Traité de paix serait modifié en conformité ; qu’elles sont laissées même aujourd’hui, la veille de la signature de la Paix, dans l’incertitude complète et dans la perplexité la plus angoissante ;

« Attendu que les populations qu’elles représentent, après une attente confiante en l’équité des Puissances Alliées, seront vouées à la plus cruelle des déceptions, si les décisions finales de la Conférence de la Paix ne venaient pas satisfaire à leur légitime demande, à leurs espoirs les plus chers, qu’en ce cas, les Représentants signataires ne sauraient plus répondre de la légalité de leurs peuples respectifs, qui se révolteront en masse, contre une tentative monstrueuse s’il en fut, du rétablissement de la souveraineté et de l’administration turques en Cilicie ;

« Attendu en outre, que même l’état de désordre et de l’anarchie actuel provient en partie de la paralysie de l’administration locale turque, qui n’est plus qu’un simulacre de gouvernement et que dans ces conditions, seul l’établissement prompt d’une Administration locale, investie de l’autorité nécessaire et inspirant les respect et la confiance à tout le monde peut sauver de l’anarchie et de la ruine complète ;

« Pour toutes ces raisons et nous prévalant de tous les droits, argument et considérations énoncés dans les deux mémorandum précités du 31 mars et du 15 mai dernier, dont le présent acte est l’aboutissement logique, nous basant surtout sur le droit imprescriptible de tout peuple de disposer de son sort, droit qui a sa source première dans les principes immortels de la Révolution Française ;

« Nous proclamons solennellement la Cilice, à partir d’aujourd’hui, un pays libre, entièrement indépendant de la Turquie, doué d’une Administration Locale Chrétienne Autonome, placée sous le mandat de la France. Cette séparation de la Cilicie des territoires de l’ancien Empire ottoman, nous l’entendons aussi complète et définitive et au même titre que celle de l’Arménie, de la Syrie, de la Palestine, de la Mésopotamie et de l’Arabie.

« Pour réaliser et conserver cette indépendance, pour chasser l’ennemi de nos portes, pour débloquer nos villes assiégées, reconquérir les villes et les régions envahies et délivrer de captivité nos frères chrétiens, nous sommes prêts à tous les sacrifices, nous mettons au service du pays et de la France Mandataire toutes les forces vives de nos populations.

« Partis, confessions, communautés, races chrétiennes, tous nous sommes unis pour le même but sacré.

« Nous travaillerons la main dans la main pour le relèvement moral, culturel et économique du pays, sous l’égide de la France. Nous aspirons à faire de la Cilicie une prolongation de l’Europe, un nouveau centre de civilisation et de progrès, pour les races autochtones musulmanes jouiront également d’une prospérité, des libertés et des garanties qui leur étaient inconnues sous le Gouvernement Turc et qui feront bénir le jour où elles en ont été séparées.

« L’indépendance sous le mandat de la France est la condition sine-qua-non de l’existence des chrétiens en ce pays. Nous préférons mourir    que d’accepter toute autre solution.

« Nous sommes confiants que la France généreuse et chevaleresque protectrice par tradition des Chrétiens d’orient, appréciera la thèse de nos revendications et qu’elle daignera reconnaître notre indépendance et la placer sous l’égide de sa protection.

« Vive la Cilicie Indépendante ;

« Vive la France Mandataire de la Cilicie »

ADANA, Le 04 août, 1920

 

Représentant de la Délégation Arménienne de Paris, M. DAMADIAN

Prélat des Arméniens d’Adana, Kevork Vrt. Arslanian

Vicaire des Arméniens Cathol. Evêque Artine Keklikian

Pasteur des Arméniens Protest. Rév. Garabed Haroutounian

Président de l’Union Nationale Armén. Dr. Mnatzaganian

Secrétaire de l’Un. Nat. Arm. Vahan Jamgotchian

Représentants de la Communauté grecque : A. Simeon-Oghlou ; Dr. G. Daniélides, A. Barbour,

Président de l’Assemblée Nat. Des Assyriens, Jean

Vicaire des Syr. Cathol. Père Philippe

Vicaire des Chald. Cathol. Tufenkji.

 

« LA FRANCE GENEREUSE SE SOUVIENDRA FIEREMENT QU’ELLE EUT L’HONNEUR DE CONFIER A DES FILS D’ARMENIE UN LOT DE BAÏONNETTES QU’ILS MANIERENT D’ENTHOUSIASME »

Le 19 août 1920, Général Gouraud

Conclusion :

Le 11 mars 1921, l'accord de Londres signé prévoit notamment l'arrêt de toutes les hostilités. L'accord d'Angora[[1]] le 20 octobre 1921 voit la France consentir l'abandon de la Cilicie.

Après des dizaines de milliers d’Arméniens massacrés en Cilicie, et sans ce soucier des paroles données et de son mandat officiellement consentie par le traité de Sèvres, la France représentée par Mr Franklin – Bouillon, signa le 20 octobre 1921, avec  Youssouf Kemal Bey, l’accord d’Angora, qui devient l’acte de renoncement officiel de la France vis-à-vis de ses engagements.

Dans un aide-mémoire remis par Lord Curzon (ministre britannique des affaires étrangères) au comte de Saint-Aulaire le 1er avril 1922, Lord Curzon dénonça le renoncement français de cette façon :

Première partie :

1 - L’accord d’Angora est une paix séparée contraire au pacte de Londres signée le 4 septembre 1914, qui interdit aux alliés de contracter des accords séparés ;

2 - Ces accords séparés ne sont pas compatibles avec l’efficacité d’une entente ;

3 - L’accord d’Angora affaiblit l’autorité de la France dans le règlement d’ensemble, par les Alliés, des questions d’orient.

Deuxième partie :

1 - Les minorités (et peuples autochtones) cessent d’être protégées, contrairement au mandat qui avait été donné à la France (officialisé au moment du traité de paix de Sèvres) ;

2 - Le retrait des troupes françaises mentionné au paragraphe 3 dans le délai de deux mois, est contraire à l’accord tripartite [[2]];

3 - La ligne de chemin de fer, en vertu de l’accord du 20 octobre (1921) passe en territoire turc et perd les garanties qu’elle offrait alors qu’elle était tout entière en zone française ;

4 - Les concessions économiques (99 ans : 1921 - 2020) sont contraires à l’accord tripartite ;

5 - La lettre de Youssouf Kemal bey (20.10.1921) comporte une réponse [[3]].

Par une fuite en avant et pour des questions d’intérêt au mépris des Droits de l’homme, la France a failli à ses devoirs, à son mandat, à ses promesses, à ses engagements en un mot à sa moralité d’Etat vis-à-vis du peuple arménien, vis-à-vis de l’Entente. Par sa complicité officielle avec les kémalistes, elle a permit au génocide du peuple arménien de perdurer en Cilicie et en Arménie Occidentale sur la phase 1920 – 1923.

L’accusation est sévère, mais elle est à la hauteur de la souffrance d’un peuple à qui on avait fait espérer une justice réparatrice, sous promesse de le sauver, on l’a amené directement à la mort.

Le programme continu aujourd’hui en Syrie …..

Arménag APRAHAMIAN

Président du Conseil National d’Arménie Occidentale

Garin, le 15 octobre 2016

Sources:

  1. http://www.western-armenia.eu/archives-nationales/Cilicie/Rapport_sur_l_exploration_archeologique.pdf
  2. http://www.western-armenia.eu/archives-nationales/Cilicie/Mission-du-Levant.pdf
  3. http://www.western-armenia.eu/archives-nationales/Cilicie/Mission-du-Levant-2-.pdf
  4. http://www.western-armenia.eu/archives-nationales/Cilicie/Mission-du-Levant-3-.pdf
  5. http://www.western-armenia.eu/archives-nationales/Nouvelle-Revue/Les-Massacres-d-Adana-1909.pdf
  6. http://www.western-armenia.eu/archives-nationales/Cilicie/the-armenian-refugee-camp-in-aleppo-1922-1936.pdf

                                                                       

Источник:: Western-armenia.eu

Категория: - Западная Армения | Просмотров: 486 | Добавил: admin | Теги: Франция, Россия Москва, Сирия, Киликия, Армения Ереван, Амшенка, церковь, ARMINFOCENTER, Диаспора Геноцид, АрмИнфоЦентр | Рейтинг: 5.0/1
Всего комментариев: 0
Добавлять комментарии могут только зарегистрированные пользователи.
[ Регистрация | Вход ]
RSS
Наш-RSS
Реклама

Безлимитная связь для студентов по тарифам вдвое дешевле рыночных
Тел. +7 903 250 47 25
ИА REGNUM - Армения
NEWS.am
ЛЕНТА НОВОСТЕЙ
Поиск по сайту
Видео
Календарь
«  Октябрь 2016  »
ПнВтСрЧтПтСбВс
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
Голосование
Самое читаемое
[09.05.2017]
День ПОБЕДЫ. Вечная слава Героям! Рядовые герои Великой Победы
[22.02.2014]
Эксклюзивное интервью Председателя Парламента Западной Армении о Парламенте и задачах армянской диаспорой в вопросе международного признания
[11.07.2013]
Телеканал "Культура": «По следам тайны: Армянское нагорье. 12 тысяч лет назад»
[07.06.2013]
Декларация о формировании Национального Собрания (Парламента) Западной Армении
[14.11.2012]
ТЕЛЕГОНИЯ: Информационная память о внебрачных сексуальных отношениях и любви. Видео.
[22.10.2012]
Истинное лицо современного ислама: Жестокая казнь за принятие христианства
[03.08.2012]
Вперед Армения! ...Лох Лава... - Առա՛ջ, Հայաստան... զում, զում, զում, զում...Լոխ լավա…или «Золотая» позиция олигархов
[25.07.2012]
Откуда родом Богородица – и за что убили Корюна Нагапетяна?
[17.07.2012]
Армения – Земля Ноя (видео)
[01.07.2012]
Свободная трибуна: Наталья Соболь - «ТАИНСТВЕННЫЙ НАРОД АМАЛЕК – ВЕХИ ИСТОРИИ»
[16.06.2012]
Свободная трибуна: Наталья Соболь - «АМЯНСКИЕ ПУШКАРИ В КАЗАНИ – Дела давно минувших дней»
[27.05.2012]
БРАВО!!! Вардапет (архимадрид) Комитас об армянском происхождении европейских наций и многих тайных страницах истории и мировой цивилизации
[24.04.2012]
ВИДЕО: Массовые акции, посвященные памяти жертв геноцида армян в Западной Армении, Киликии и в Османской Империи в 1894-1923г.г. в Мец Салах
[24.04.2012]
ОБРАЩЕНИЕ участников митинга посвященного памяти жертв геноцида армян в Западной Армении, Киликии и в Османской Империи в 1894-1923г.г.
[14.04.2012]
Обращение АРМИНФОЦЕНТРА к Президенту Армении и Католикосу всех армян по поводу антиармянских и антихристианских провокаций "Луйс Ашхар"
[21.01.2012]
Цитата из книги лауреата Нобелевской премии Шмуэля Йосефа Агнона «В сердцевине морей» об амалеках и армянах
[30.11.2011]
20 лет назад была учреждена Московская армянская община: Грустный экскурс в историю; Позорная роль Гегама Халатяна в стремлении ее разрушить
[24.07.2011]
Правда об АМАЛЕКАХ. - "Амалек – колыбель цивилизации"
[23.07.2011]
Правда об АМАЛЕКАХ. - Бог дает добро на убийство - Кто такие амаликитяне и какое они имеют отношение к армянам?
[24.06.2011]
ЗВЕРИНЫЙ ОСКАЛ ЛЕВОНОВСКОЙ ОППОЗИЦИИ: Мартовские погромы 2008 года в Ереване фактически инициировала оппозиция (аудио, видео)
[16.06.2011]
Мысли в слух: 16 июня 2000 года состоялся Учредительный съезд САР
[16.06.2011]
Видео - Страница Истории Союза армян России. Учредительный съезд, 16 июня 2000г., гостиница "Президент-отель", г. Москва.
[31.05.2011]
Позор! Экономическая и политическая элиты Армении: Депутаты Парламента, руководители партий, олигархи (Фото, Имена, Фамилии и ПРОЗВИЩА)
[28.05.2011]
ПОЗОР! Даже турки не могли себе позволить сделать такое: Памятник генералу Андранику в Сочи снесли руководители местного Союза Армян России
[24.05.2011]
Иудейский Азербайджан, или Тайны истории. Записки бывшего жителя города Баку
[24.04.2011]
Заявление Президента АРМИНФОЦЕНТРА Армена Тер-Саркисяна об инициировании в Гаагском трибунале вопроса об осуждении геноцида армян
Наши партнеры
Национальный совет Западной Армении
АМШЕНКА
Ухт Арарати
Все права защищены © 2011 Сайт АрмИнфоЦентр - Главный информационный ресурс Армянской диаспоры.
При полном или частичном использовании материала ссылка (гиперссылка) на АрмИнфоЦентр обязательна, даже если мы ссылаемся на другие источники.
Мнение АрмИнфоЦентр может не совпадать с мнением авторов отдельных материалов.
АрмИнфоЦентр не несет ответственности за содержание рекламы.
Использование материалов АрмИнфоЦентр в коммерческих целях без письменного разрешения АрмИнфоЦентр не допускается
Конструктор сайтов - uCoz